Citron Vert

Accueil > Agriculture > Les politiques > Algues : un plan faible

Algues : un plan faible

mercredi 10 février 2010, par Philippe Ladame

Déçus par le manque de concertation et la faiblesse des propositions du gouvernement, les membres d’Europe Écologie Bretagne demandent un plan de reconversion de l’agriculture sur l’ensemble du territoire.

Si l’actuel président de la région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, voit plutôt d’un bon oeil le plan gouvernemental concernant les algues vertes (Ouest-France du 10/02/10), il n’en va pas de même pour Europe Écologie Bretagne et sa tête de liste, Guy Hascoët.

Dans un communiqué du 8/02/10, les écologistes estiment que « Le plan interministériel de lutte contre les algues vertes annoncé vendredi ne s’attaque en aucune façon aux causes profondes de ce fléau. Au lieu de traiter le problème à sa racine, il ne vise qu’à corriger les dégâts les plus visibles d’une agriculture intensive, sans la moindre remise en cause de ses méthodes. »

Ils doutent notamment de la réalité des interdictions d’augmentation des cheptels dans les zones en excédents structurels, « promesses entendues 100 fois mais jamais respectées ! »

Ils dénoncent le fait que les collectivités et associations qui travaillent, depuis longtemps, sur les questions de pollution de l’eau n’ont pas été consultées.

Pour Europe Écologie, il faut un plan de reconversion de l’agriculture en Bretagne, applicable à l’ensemble du territoire, inscrit dans le cadre du débat budgétaire sur la P.A.C qui s’ouvre cette année et dont ils tracent les grandes lignes :
- la reconquête de la qualité de l’eau et le respect de l’environnement
- le maintien et la création d’emplois dans l’agriculture et dans l’agroalimentaire
- l’augmentation de la valeur ajoutée de l’agriculture bretonne (aujourd’hui parmi les plus faibles de France)
- l’évolution des critères pour l’attribution des aides
- la mise en place de procédés non polluants pour l’utilisation des algues vertes